"Portraits et rencontres"

Je n'ai pas encore beaucoup d'expérience en matière de portraits. Certains "déclics" se sont passés rapidement, presque en courant comme cet homme au Bouthan. Histoire de rattraper le groupe. Quand j'ai l'autorisation de prendre la photo, je m'applique pour obtenir 2 ou 3 clichés tout au plus. Je veille à régler mon appareil sur rafales tant il est courant que des yeux soient fermés, ou qu'une expression soit plus ou moins habitée.

Voici au bas de page, ces personnes qui se sont laissées prendre en photo. Pour chacune d'elle, j'ai encore le souvenir et les circonstances des ces moments privilégiés.

 


Le Bouthanais, un de mes premiers portrait, nous parcourons la campagne, soudain sur le chemin, cet homme, gardien de troupeau, qui me dit ok, juste le temps de faire une photo, de lui faire un signe d'au revoir et je cours afin de rattraper le groupe. Dommage car j'aurais aimé en apprendre plus sur lui.


Nous sommes au Ladakh, à une dizaine de kilomètres de la frontière avec le Pakistan, dans le village de Yogma à 3800m. Notre autorisation de séjour ne court que jusqu'à la fin de l'après-midi. Nous rencontrons des femmes qui ramassent des petits pois dans un champ. L'une d'entres elles me touche plus particulièrement. Je n'avais pas remarqué sur le moment cette mouche sur son cil gauche.


Changement de pays et d'année, nous sommes en 2014 au Népal. Cette policière attire mon regard, elle est souriante et tellement belle ! C'est un peu un paradoxe : l'uniforme et cette féminité souriante. Elle est heureuse que je la prenne en photo...et moi aussi.


Quelques jours plus tard en cette année, à Lo Mantang, cet homme nous attire chez lui afin que nous achetions des articles. Je sais que je ne suis pas le seul à l'avoir pris en photo, au hasard de la toile je l'ai reconnu. Mais au 50mm et cette grande ouverture, je m'amuse. C'est un chouette souvenir de voyage.


En balade avec Padma et Chokla, nous sommes invités à voir le thé chez une voisine. Instant de détente et de douceur !


Ladakh 2015, c'est l'ami de Pandhay (l'instituteur du village de Sakti) dont j'ai oublié de noter le prénom ! Nous sommes dans la salle où se préparent les moines avant d'entrer en scène au festival de Taktok. La profondeur de champ est presque trop petite. Heureusement que je "l'ai à l'oeil".


Les enfants sont curieux, surtout à cet endroit du Mustang, car ils n'ont pas souvent l'occasion d'y voir des étrangers. La joie, les, jeux partagés, les rires,  restent gravés.


Nous venons apporter des lunettes de soleil à ce jeune écolier de Sakti (Ladakh) à ce jeune homme qui souffre des yeux.  


Rencontre avec un artisan de la vallée de la Marka. Il travail le fer, fabrique des cuillères et autres objets. Je vois tout de suite son oeil droit. Pourvu que le gauche fonctionne encore longtemps.

Il pose et n'a pas l'intention de détourner le regard. Un vague sourire, et au travail, il faut profiter des beaux jours.


Voici la cuisinière en cheffe de l'école de Sakti ( Ladakh). Elle fait les "momos" comme nul part ailleurs. L'association Milna la remercie vivement.